Décembre 2020 · Guidance Intuitive & Pratique

You are here: Home / Guidance Intuitive / Décembre 2020 · Guidance Intuitive & Pratique

Décembre 2020 · Guidance Intuitive & Pratique

De Yoni à Ajoonee
Embrasser nos parties oubliées et retrouver notre unité
Honorer notre voyage sur terre, honorer la vie
Pourquoi ne pas jouer? Nous sommes notre seul obstacle

Décembre … 12=1+2=3

Décembre & 2020 … 1+2+2+0+2+0=7

1…2…3, décembre attire notre attention sur les projections et les actions qui façonnent notre identité et que nous livrons au monde.

Qui est le « je » qui entrera en 2021 ? Ce « je » est essentiellement le résultat de la façon dont j’ai filtré, jugé, évalué mes expériences en 2020 et agi/projeté sur elles (l’axe 3/7 en numérologie).

Issus de l’unité (1), nous nous sommes séparés (2) et nous nous sommes incarnés, nous avons pris une forme (3), afin de faire une expérience et de (re)découvrir notre totalité à travers l’expérience de la vie. Nous sommes une extension du Divin qui a besoin de cette condition terrestre pour se découvrir. Par cette séparation, on multiplie les possibilités de se percevoir.

Notre « devoir » ou dharma, en tant que partie du Divin, et en tant qu’être humain, est d’avoir une vie épanouie et de découvrir nos parties oubliées. C’est un jeu passionnant pour retrouver notre totalité, notre innocence, et notre joie intérieure ! Une condition est d’accepter que je sois séparé et la douleur que cela induit. Je conduis un train sur un rail unique et à une vitesse unique. Personne ne peut sauter dedans et je ne peux pas non plus sauter dans le train d’un autre.

Nous sommes venus sur terre équipés d’un disque déjà formaté. Les informations sur ce disque sont des leçons, ou le karma. Ce sont des parties de nous-mêmes à découvrir et pour cela nous avons besoin du jeu des polarités, d’un miroir pour contempler notre propre moi et réactiver les parties endormies. La première étape de ce voyage est la gestation et la naissance.

« Se libérer de la souffrance ne consiste pas à retirer nos situations problématiques de la vie quotidienne, mais à les voir sans commentaires. Comme la lumière efface l’ombre, la vision claire brûle le connu, aucune perception antagoniste ne peut alors subsister. «  – Eric Baret

À travers l’expérience de la gestation et de la naissance, résultat de l’union des polarités, enchevêtrées dans le subconscient de la mère (peurs, colère, frustrations, schémas, …), nous ne pouvions pas prendre la totalité de ce que nous avions potentiellement à recevoir. Nous avons commencé dès le ventre de la mère à exclure certaines expériences en les qualifiant inconsciemment de mauvaises, en opposition à celles que nous considérions comme bonnes.

Fondamentalement, nous avons continué à travailler en résonance avec notre karma afin d’anesthésier certaines parties de nous-mêmes et de ne pas être confrontés à la difficile réalité de la séparation. Dans le ventre nourricier et aimant, nous avons reçu le nectar de la vie ainsi que le « poison », le « poison » étant la solution pour faire la lumière sur notre karma !

Au moment de la naissance, nous naissons avec une sensibilité réduite, dépourvue des expériences que nous avons rejetées dans le ventre de notre mère. Affectées par cette dualité, certaines parties de nous sont restées dans le ventre de notre mère, attachées à sa qualité nourricière et incapables de faire face à la séparation.

Conditionnés et limités, nous croyons que nous allons mourir, la mort étant l’autre polarité de la naissance.

Le voyage spirituel devient le voyage du Yoni à Ajoonee et la conscience de notre mère pendant la conception, la gestation et la naissance a un impact majeur sur ce voyage.

Dans notre vie, nous cherchons les parties manquantes car une partie de nous veut redécouvrir l’Unique. Ce n’est pas en retournant dans l’utérus mais en expérimentant la tension de la séparation dans notre corps physique. Nous rencontrons « par hasard » des personnes qui vont refléter ces parties, ce qui nous donne l’occasion de les activer.

C’est particulièrement vrai dans nos relations intimes et si nous avons la chance de rencontrer un·e enseignant·e et de nous engager dans cette relation.

Ces rencontres créent automatiquement une tension puisqu’elles reflètent les parties que nous avons ignorées et que nous ne voulons pas voir parce qu’elles sont douloureuses (tristesse, colère, frustrations, chagrin, honte, culpabilité, …).

Parfois, la tension est telle que nous nions ce reflet en blâmant l’autre. Notre vie est un miroir de ce que nous sommes et chaque respiration est une occasion de renforcer la relation entre moi et moi, en ramenant à la maison le feu perdu et en réalisant Ek Ong Kar, je n’ai jamais quitté l’Unique !

Dans la vie, nous sommes sur le chemin du rétablissement de l’unité oubliée. Rencontrer le(s) enseignant·e(s) (Guru) est un grand pas. Il/elle reflétera beaucoup plus de parties oubliées et nous donnera la possibilité d’accélérer le souvenir. Gu (l’obscurité) et Ru (la lumière) illustrent ce processus de prise de conscience ou de rappel de mon Sat Nam (la vraie identité). MAIS pour que cela fonctionne, je dois m’engager dans cette relation et faire le travail afin d’intégrer ces informations. En d’autres termes, je dois me qualifier et être prêt à mourir à mes anciennes identités.

Beaucoup d’étudiants ou de praticiens veulent grandir mais ne veulent pas mourir. De nombreux élèves veulent recevoir (les enseignements) mais ne veulent pas payer. Malheureusement, rien n’est gratuit. Croire le contraire n’est qu’une distraction pour nous éviter. Une excuse donnée à ce stade pourrait être de prétendre que notre guidance intérieure ou notre professeur intérieur nous conduit à échapper à cette tension. Parfois formulé comme « j’ai besoin de me respecter ». Notre guru intérieur devrait reconnaître le processus intérieur de transformation (de Gu à Ru), en tirer des leçons et appliquer les changements nécessaires. Il s’agit d’une dynamique constante de changements. Il s’agit de passer de GU (la grotte, l’obscurité, le Yoni) à RU (la lumière, la conscience, AJOONEE). Il ne s’agit pas d’écouter une « intuition » ou une sensibilité filtrée par notre mécanisme d’autodéfense pour rester dans notre zone de confort et rester dans l’illusion de l’unité. Comme dans l’utérus, je nie une partie de moi-même pour éviter ce qui pourrait être douloureux !

Les peurs nous bloquent. C’est une position très inconfortable. C’est comme si nous voyions une pièce avec la lumière allumée, mais que nous décidions de l’éteindre et oubliions qu’il est possible de la rallumer. Cela affecte notre estime de soi, notre propre valeur, et peut même nous amener à un schéma plus élaboré de stratégies pour couvrir ces mensonges.

Par notre pratique, nous augmentons notre sensibilité et, grâce à la fréquence de l’ère du Verseau, nous comprenons à un niveau plus profond ce que reflètent l’enseignant, et les relations intimes.

Le changement de fréquence de l’ère du Verseau a ouvert de nombreux nouveaux canaux d’information. Nous sommes entrés dans une nouvelle perception de l’espace et du temps, offrant la possibilité de se SENTIR CONNECTÉS. Toutes les possibilités de pratiquer et d’apprendre en ligne, en se connectant simultanément à travers différents temps et espaces, nourrissent concrètement ce sentiment d’être connecté.

Est-ce là une autre stratégie pour éviter la séparation ?

QU’EN EST-IL DE LA CONNEXION AVEC NOUS-MÊMES ?

Comment insuffler ce nouveau champ élargi dans nos vies, par nos paroles et nos actions ? Comment ce nouveau champ élargi augmente-t-il ma compassion et ma capacité à me mettre au service dans ma vie quotidienne ?

Le voyage de Yoni à Ajoonee n’est pas pour échapper à la vie mais pour l’embrasser à 100%. Il ne s’agit pas de voler haut pour ne pas être affecté. Nous traversons une crise et les restrictions imposées par les gouvernements en raison du COVID affectent la société en profondeur, apportant l’anxiété et les craintes pour le futur.

Si nous réagissons personnellement à ce qui se passe, nous bloquons notre créativité. Ignorer la situation et croire qu’elle ne nous concerne pas, c’est aussi une réaction personnelle.

Le mois de décembre est une période de célébration de notre voyage terrestre, comme les chrétiens qui célèbrent la naissance de Jésus à Noël. Nous sommes tous nés dans le même ventre, nous pouvons l’appeler la Terre. Dans les temps anciens, les tribus ou même les civilisations honoraient leurs origines.

Elles étaient très liées aux forces cosmiques, s’ancrant dans l’infini, et elles étaient également très liées à la terre, les ancrant dans les cycles terrestres, comme les saisons, la naissance et la mort, les cycles lunaires, … toutes des expressions des forces cosmiques. Les rituels les aidaient à se souvenir de leur origine la plus profonde (Ek) et à embrasser le paradoxe de la vie, en devenant illimités sous une forme limitée.

Le nombre 12, 1 = terre et 2 = eau, est là pour que nous nous souvenions d’où nous venons et que nous l’honorions. En nous reconnectant à la terre et à l’eau en nous, nous pouvons libérer des souvenirs plus profonds de la Terre (notre utérus collectif, la Terre Mère), et des souvenirs de nos formes de vie précédentes dans l’eau. Étant un membre de l’Ek (1), cette reconnection personnelle est aussi une reconnection collective.

En nous reconnectant à nos origines et en honorant la vie, nous pouvons accéder à de nouvelles zones de notre psyché. Au lieu de vivre dans la peur (je dois gagner de l’argent, mes enfants doivent être éduqués, je dois être assuré, j’ai besoin d’un plan de retraite, …), nous pouvons redécouvrir l’abondance de la vie.

Notre énergie sexuelle, au lieu d’être utilisée pour compenser notre dépression et nos peurs, peut nourrir notre créativité et notre compassion. Ce processus peut même être agréable et sans heurts.

Créez vos propres rituels pour honorer votre propre naissance, notre naissance collective, la naissance de la terre, la naissance de l’humanité. Donnons à Noël un sens plus large 🙂

Pas besoin de se prendre au sérieux ou de mentaliser, faites appel à votre innocence, votre espièglerie et votre créativité (3) pour y mettre tout votre cœur.

Agissez à partir de votre gratitude et de votre envie de jouer avec la vie.

Cette attitude vous nourrira, vous et les autres, et vous donnera de la vitalité.

De Yoni à Ajoonee, l’expansion se fait sans effort.

Nous sommes notre seul obstacle.

Hari Mantra pour la méditation ci-dessous « pour se délecter de notre destinée et du flux créatif de la vie ».

Kriyas et méditations

Pranayam – 11 min.
Siège en pose facile, dos droit, gyan mudra. Inspirer en 12 coups/snifs par le nez, NARINE GAUCHE, répéter mentalement 3 fois SA TA NA MA,
Retenez votre souffle en répétant mentalement 3 fois SA TA NA MA. Expirer en 12 coups/snifs par le nez, NARINE DROITE, répétez mentalement 3 fois SA TA NA MA.

Stimuler notre corps pranique et utiliser ce nouveau flux de prana et de sang pour réajuster les horloges internes de tous nos systèmes (respiratoire, glandulaire, nerveux, …). Avoir un impact sur le corps, l’esprit et les niveaux de l’esprit.

Kriya VITALITÉ DU NERF SEXUEL – environ 20 min.

Fait circuler l’énergie sexuelle dans tout notre corps, stimule nos forces régénératrices et créatives. Utilise nos polarités pour élargir notre capacité à goûter pleinement la vie.

Méditation pour se DÉLECTER DE NOTRE DESTINÉE ET DU FLUX CREATIF DE LA VIE – 31 min.

La dualité qui sépare notre Soi fini et infini est éliminée par le flux et la structure du mantra, Haree Naam. Les deux royaumes ne font plus qu’un dans la conscience ; les choses semblent s’écouler vers nous. Nous n’avons pas besoin de courir après ce dont nous faisons déjà partie. Ce mudra vous connecte à notre potentiel primaire (comme une graine) sans aucun filtre. Il nous donne la possibilité d’éliminer les distractions qui se sont interposées entre moi et moi et de récupérer toute notre puissance de projection de notre infini.

« Le fait est qu’au début nous étions, maintenant nous sommes et nous serons toujours le même esprit. Où que nous soyons, nous sommes nés pour conquérir le temps et l’espace. Nous sommes nés pour apporter joie, bonheur et grâce à l’espèce humaine […] Il n’y a rien de plus précieux que vous ! Il n’y a rien de plus précieux que la façon dont vous pouvez jouir en vous de votre propre vous. C’est un cadeau fabuleux ! » – Yogi Bhajan

PLEINE LUNE 29 DÉCEMBRE 2020

Méditation GUPT KAMAL GYAAN MUDRA – 31 min.

Gupt (Grotte, obscurité)
Kamal (Lotus)
Gyan (Connaissance)

Mettre en lumière ce qui a été mis en mouvement en 2020 mais qui était trop confrontant pour que nous puissions le digérer complètement (réactions inconscientes).

Leave a Reply

Your email address will not be published.